Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘rap’

====> Pisse-froid Advisory : Parole Libre <===

Je fais du « Rap ». j’ose à peine le dire tellement cette musique est devenue ridicule et honteuse.

Je ne sais pas pourquoi, mais l’évocation de cette activité provoque presque automatiquement la question suivante :
« et toi tu en penses quoi de Booba? »
Tiens, je savais pas qu’il fallait avoir un avis sur lui!
J’ai beau côtoyer par mon métier toutes les couches sociales, j’ai pourtant remarqué que cette question venait systématiquement de blancs trentenaires middle-class (comme moi), qui n’écoutent plus de Hiphop récent depuis Assassin, Cypress Hill ou Oxmo (rayer la mention inutile.)…sauf du Booba…

Comme les petites bourges qui, pour s’encanailler, se font tringler par des soit-disant sauvageons à l’insu de leur parents, nos petites faces de craie en manque de patine, s’extasient devant les « phases incroyables » de maître Booba, le punchliner (vanneur? ) fou, « celui qui au moins ne donne pas de leçons » !

Bon après tout, pourquoi pas! mais woah !

Vous rendez vous compte de ce que ça veut dire?
En 2011, le « Rap » est vu par ce public, qui a connu l’âge d’or du HH, qui a acheté des vinyles et des cd,  de manière binaire :
« donneur de leçon » (Kery James?) ou « parodico-caillera » (Booba)! POINT. Quel progrès !
Mais, ne reste-t-il pas tout le champ des possibles de l’Art a injecter dans le « Rap »?

Apparemment non… Des artistes aux auditeurs, mieux vaut écouter ou faire de « l’electro » (terme générique pour désigner…je sais pas trop quoi d’ailleurs), de la pop, du slam etc…
De quoi avoir le cafard ! mais bon, il paraît qu’il faut être optimiste,  laisser s’exprimer la jeunesse et l’accompagner dans sa pratique pour faire évoluer les choses! soit..

L’autre jour, dans le cadre de très louables actions pédago-faux-cul, tendance retour du mitterrandisme , je pratiquai un superbe
« atelier » M.A.O (musique assistée pas ordinateur, comme si aujourd’hui il en existait une autre !) à destination des « jeunes de quartier ».
en gros : je faisais une pige en espérant justifier une éventuelle subvention pour ma structure associative aux abois à cause d’une politique libérale de gauche comme de droite.

Fort de 15 ans d’expérience en composition urbaine, j’étais (faussement) persuadé de rendre un noble service citoyen, de partager un savoir-faire à des jeunes passionnés, prêts à avaler mes paroles.
Bilan (véridique) :

– je me suis fait traité de ringard (« hey m’sieur c’est bien – nanana – mais on est en 2010 t’as vu… »)
– ma ressemblance avec Mouloud Achour a empêché deux des participants à se concentrer, préférant partir !
– l’unique obsession des jeunes : comment faire de l’Auto-tune et ajouter des bruitages de gun et/ou de motos sur des instrus en mp3 volées sur des sites pourris…(et après c’est moi le ringard, l’auto-tune c’est fini ahahah!)

Le reste, c’est à dire, la possibilité de transcender les limites de l’apprentissage du solfège, de s’épanouir au travers de sa création,
de découvrir l’univers d’un intervenant et de s’en imprégner pour se définir etc…rien à battre !
Je suis désespéré, choqué, inquiet et atterré par ce manque de « vision » , mais enfin! je ne le fais pas trop remarquer…
Comme dirait l’autre, à trop proclamer préférer le juste, l’élégance et le dépassement de soi, on serait vite vu comme un ignoble fasciste !

Joyeux Noël!

Supafuh

Read Full Post »

Read Full Post »

Bonjour les amis!

Je suis un artiste, dès lors mon patron depuis une petite décennie s’appelle le « Buzz » (bourdonnement)…
Mais qu’est-ce vraiment que le buzz? Un mauvais linguiste vous dirait qu’on pourrait le traduire en français par « bouche à oreille »…
FAUX! il n’en est rien !

L’américain étant bien souvent la langue vernaculaire du libéralisme économique, le vecteur des infamies de la société de cons sans sommation, quand un nouveau mot de langue de Ronald débarque sur le « marché » , c’est très mauvais signe…je vous conseille d’ailleurs de lire l’excellente analyse d’Alain Soral à ce sujet dans « Abécédaire de la bêtise ambiante » (par contre  si vous êtes vierge de cet auteur et un peu mou du genou, abstenez-vous, il envoie le bois!)

Pour vous donner un  exemple, dans ma branche d’abrutis fashionistos rapisant,  le musicien qu’on désignait avec admiration comme « architecte sonore »,  « concepteur musical », ou encore « producteur »,  termes classieux sous-entendant proposition de concepts,  mise en espace ou artisanat, ont laissé place en France, il y a environ 7 ans, au superbe terme de « beatmaker » (faiseur de rythmiques)…

En gros, un terme réduisant (poussant?) cet ex-créateur à n’être qu’une machine a faire du binaire, du « prêt-à-vendre »  sur des sites déprimants (« qui n’en veut de mon joli beat crunk standard à 20€? » ) ou un cynique peigne-cul cherchant à placer ses bazars éléctro-branchés à tout connard « bankable » du moment…

Alors quid de ce putain de « Buzz? », ce nouveau despote éteint, grand guide vers le bas des artistes : et bien, désolé mais il n’a rien à voir avec ce noble et historique  « bouche-à-oreille! »
Ce bon vieux « bouche-à-oreille », relais populaire et concret de l’œuvre de l’artiste; car oui, le « bouche-à-oreille »  résulte d’un constat, d’un diagnostic partagé, transmission d’un avis à postériori, fondé sur une expérience personnelle et authentique d’un spectateur enthousiaste ou déçu ! (bon ok j’en fais trop!)

« eh Jean-Jean t’as vu le dernier Michel Sarmou à la radio? Non? ben il est pas piqué des fagots, tu devrais t’en jeter un œil derrière la cravate mon con… »

Le « buzz » lui, est une fabrication en amont, un avatar d’engouement, méthodiquement calculé par une agence de com’ ou tout autre amateur rêvant d’imiter les puissants sous couvert d’indépendance. Ce stratagème fumeux est sensé déclencher une pulsion d’achat, misant sur le fait qu’on parle de l’œuvre (et/ou plutôt du produit) en tant que phénomène médiatique, donc se nourrissant lui-même via les médias, eux-même surfant sur le « buzz » du produit en question pour augmenter leur propre « buzz »…vous me suivez ?
En fait, peu importe le contenu du bastringue à fourguer… au pire c’est le « storytelling » autour qui amusera la galerie, au mieux , c’est le contenu de la bande-annonce, pardon, du « teaser » (littéralement « dragueur ») ou  du « trailer » (« remorqueur ») qui vous fera dépenser votre découvert dans du jus de plan média merdique…et ainsi d’entendre régulièrement une fois passée la 20ème tornade « buzzienne » du mois  :

« Tout ça pour ça, ça valait bien la peine qu’ils nous beurrent la raie pendant tout ce temps… »*

Ah ben oui c’est sur, si vous aviez fondé votre intention sur le ressenti intime, sur  le vécu intérieur et sensoriel  de votre entourage (j’en refais trop) au lieu de succomber au battage médiatique de NRJ 12, vous vous seriez sentis moins trahis bande de couillons !!!  On amalgame, on tronque, on résume et on triche pour mieux racoler, on reconnaît bien là les ingrédients magiques de la propagande!  mais en version libérale !

C’est peut-être ça la traduction française exacte du « buzz » : en fait du bourdonnement d’une abeille, il s’agit plutôt de son venin toxique !

*Toute ressemblance avec « les Bronzés 3 » est purement fortuite (pas)

Read Full Post »

Pourquoi la diction d’Abd Al Malik me rappelle-t-elle une leçon d’orthophonie ?

Pourquoi j’ai envie de renommer « Grand Corps, Malade du swing » ?

Pourquoi le Slam c’est rempli de mauvais rappeurs ?

Pourquoi le slam en France est une récupération par des mecs du centre ville du talent des rappeurs de la périphérie ?

Pourquoi les poules élevées en batterie n’ont pas le sens du rythme ?

Pourquoi les femmes fontaines ont le feu au cul ?

Pourquoi j’ai l’impression que tous les rappeurs du monde ont déjà fait rimer flingue avec dingue ?

Pourquoi le journal de TF1 ouvre sur la météo ou sur le foot ?

Pourquoi dans celui de France 2 y-a-t’il de la promo pour des disques de variet ?

Pourquoi assiste-ton à une « fait diversation de l’information » ?

Pourquoi Anelka & Booba ont toujours pas compris à quoi correspondait « le sang impur » de la marseillaise ?

Pourquoi toutes les fiottes du show business, et notamment celles du Djamel Comedy Club, font les pucelles effarouchées quand on leur parle de Dieudonné alors qu’elles passent leur temps à essayer de lui arriver à la cheville en lui piquant ses gimmicks, son esprit et ses réparties ?

Pourquoi Fabrice Eboué a rejoint Fogiel sur M6 à l’époque, 1 an après l’affaire du sms sur l’odeur des noirs ?

Pourquoi ,dés qu’il s’agit de commerce et d’argent, y’a-t’il un tas d’hommes sans état d’âmes ?

Motherfukazzzzzzzzzzzzz

Read Full Post »

Après avoir tiré sur l’ambulance Guerlain, il ne serait pas honnête de ne pas relever cette perle d’ami comique cette semaine.

Booba, nous explique dans le Magazine « Snatch » que : « Le « Fuck la France » au début de l’album est le rejet d’une certaine mentalité » […] et de poursuivre quand on lui parle de Nice et de Cagnes-sur-Mer « C’était très raciste », raison pour laquelle il s’est installé à Miami.  Dieu merci qu’une terre si hospitalière et si peu raciste comme les Etats-Unis aient pu sauver Booba des persécutions Françaises. Selon moi,  le mythe américain, c’est comme le père noël, Y croire passé 8 ans est suspect. Il est donc à noter qu’un gonflement trop rapide de la masse musculaire en niveau des pectoraux peut entrainer une paralysie des synapses.

Read Full Post »

Dans une ambiance de nimp patentée mais rondement menée, vos maîtres de Cérémonie préférés, distillent six playlists HipHop, Jazz, Trip-Hop, Soul et autres surprises!

Read Full Post »

Souvenez-vous…

Chaque nouveau support arrivant sur le marché, devait enterrer le support précédent, et notamment le disque vinyle…

La cassette audio ré-enregistrable, moins chère, à la contenance plus grande et transportable pour écouter en voiture devait tuer le vinyle…niet! on copiait tous nos disques noirs dessus !

Le Compact DISC , au « meilleur » son, plus high tech et soit-disant plus sexy, plus petit et consommable devait atomiser le disque vinyle…niet ! 10 ans après on a regretté d’avoir donné tous ses vieux vinyles à son neveu DJ…

Le Serrato, permettant de ne pas transporter des caisses de disques, de piloter l’infinie discothèque universelle et de scratcher tout ce qui est imaginable devait rendre inutile le disque vinyle…niet ! Le toucher du disque de commande factice a redonné goût à sa bonne vieille collec’…et pour le scratch…même si il y a des virtuoses du mp3, l’attaque n’est pas la même on sent la belle bouillie numérique !

Alors pourquoi le disque vinyle résiste-t-il?

A mon avis, parce que c’est un objet qui ne représente pas notre époque …. il est non aseptisé, politiquement incorrect, non polyvalent…

Je m’explique :

Non aseptisé : Le disque noir donne à la Musique un son identifié, couillu et instable…en somme vivant! putain il se passe quelque chose quand on écoute un vinyle! on écoute pas un clone de la Musique jouée à l’origine, mais une reproduction mécanique de cette Musique. l’auditeur entend l’aiguille gratter le sillon, et  pense que celui qui l’a fabriqué est un artisan du son, un prince de l’éléctro-acoustique !
Un sillon raté et votre saphir sort de son axe, on appelle ça de la mécanique…so vintage! comme diraient les publicitaires de mes deux !

Politiquement incorrect : Oui le disque vinyle est un vestige d’une époque révolue ou on ne mettait pas de ceintures dans les bagnoles, où on fumait dans les bars et à la télé . Une époque où  la pollution était loin des préoccupations quotidiennes.
Le disque Vinyle est polluant, en pétrole (PVC) mais au moins il n’est pas hypocrite, puisqu’il le suggère avec sa belle couleur noire (!). Au moins lui, on peut le fabriquer avec de la bouteille recyclée…pas comme un MAC,  un PC ou Ipod…pour couronner le tout,  le disque vinyle est un autocrate :  il est  encombrant, il se voile, craque et prend la poussière ! en clair le disque vinyle vous emmerde!

Non Polyvalent : Et oui ce foutu disque microsillon est intolérant et inhospitalier ! il n’est pas multimédia, multi-application ou multi-tâches!
Là ou les K7, CD, MD, DAT, BANDE MAGNETIQUES, DVD, BLU-RAY ont donné en vrac dans la musique oui, mais aussi le logiciel, la vidéo de cul, le jeu électronique, le mp3, le flash, la HD, les photos, le texte etc…
Le disque vinyle est le seul support qui n’a hébergé QUE du son ! il est le support absolu et exclusif du signal sonore !

Pourtant, bien que je défende et produise ce support, je ne me considère pas comme un « puriste ».

J’aime beaucoup le MP3 comme outil de diffusion et pour son aspect pratique. J’ai beaucoup apprécié le CD en son temps et je ne le renierai jamais !
La Cassette est vraiment un de mes supports préférés car il donne aux morceaux de sources différentes, une chance de sonner pareils, tirant la qualité vers une espèce de démocratisation du son pourri 🙂 Cerise sur le gâteau on peut la bidouiller et enregistrer dessus facilement, un bonheur !

Mais nous sommes en 2010 !

Ne faire que du digital? Merci j’ai déjà donné…15 album gratos sur le NET…mon métier n’est pas de produire du mp3, mais de la Musique qui elle sera déclinée sous plusieurs formes. Si demain mes disques durs claquent, mes 15 ans de parcours auront-ils seulement été une illusion? juste des données?

Faire un CD alors? pour la promo en pochette carton ou plastifié comme un single, OK!  mais sinon pas de quoi me faire bander, merci…le CD on l’achète (souvent pas d’ailleurs) et on le rippe direct alors…à quoi bon?

Faire un Vinyle ! oui mais couplé au téléchargement du contenu via une carte ! ça m’est apparu évident ! un objet old school, passerelle entre classicisme et modernité grâce au web, ça c’est un vrai symbole du HipHop et de ma personnalité!

Du sens, du réel et du fantasmé, du vivant et de l’intemporel sublimé par de l’utopie…ok ça me parle, alors j’y vais !!! et putain, mixer mes vinyles avec ceux de mes maîtres, c’est autre chose que le Serrato !

AHAHHAH !!!

Peace, Supafuh

http://www.supafuh.com

Read Full Post »

Older Posts »