Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘propagande’

Bonjour les amis!

Je suis un artiste, dès lors mon patron depuis une petite décennie s’appelle le « Buzz » (bourdonnement)…
Mais qu’est-ce vraiment que le buzz? Un mauvais linguiste vous dirait qu’on pourrait le traduire en français par « bouche à oreille »…
FAUX! il n’en est rien !

L’américain étant bien souvent la langue vernaculaire du libéralisme économique, le vecteur des infamies de la société de cons sans sommation, quand un nouveau mot de langue de Ronald débarque sur le « marché » , c’est très mauvais signe…je vous conseille d’ailleurs de lire l’excellente analyse d’Alain Soral à ce sujet dans « Abécédaire de la bêtise ambiante » (par contre  si vous êtes vierge de cet auteur et un peu mou du genou, abstenez-vous, il envoie le bois!)

Pour vous donner un  exemple, dans ma branche d’abrutis fashionistos rapisant,  le musicien qu’on désignait avec admiration comme « architecte sonore »,  « concepteur musical », ou encore « producteur »,  termes classieux sous-entendant proposition de concepts,  mise en espace ou artisanat, ont laissé place en France, il y a environ 7 ans, au superbe terme de « beatmaker » (faiseur de rythmiques)…

En gros, un terme réduisant (poussant?) cet ex-créateur à n’être qu’une machine a faire du binaire, du « prêt-à-vendre »  sur des sites déprimants (« qui n’en veut de mon joli beat crunk standard à 20€? » ) ou un cynique peigne-cul cherchant à placer ses bazars éléctro-branchés à tout connard « bankable » du moment…

Alors quid de ce putain de « Buzz? », ce nouveau despote éteint, grand guide vers le bas des artistes : et bien, désolé mais il n’a rien à voir avec ce noble et historique  « bouche-à-oreille! »
Ce bon vieux « bouche-à-oreille », relais populaire et concret de l’œuvre de l’artiste; car oui, le « bouche-à-oreille »  résulte d’un constat, d’un diagnostic partagé, transmission d’un avis à postériori, fondé sur une expérience personnelle et authentique d’un spectateur enthousiaste ou déçu ! (bon ok j’en fais trop!)

« eh Jean-Jean t’as vu le dernier Michel Sarmou à la radio? Non? ben il est pas piqué des fagots, tu devrais t’en jeter un œil derrière la cravate mon con… »

Le « buzz » lui, est une fabrication en amont, un avatar d’engouement, méthodiquement calculé par une agence de com’ ou tout autre amateur rêvant d’imiter les puissants sous couvert d’indépendance. Ce stratagème fumeux est sensé déclencher une pulsion d’achat, misant sur le fait qu’on parle de l’œuvre (et/ou plutôt du produit) en tant que phénomène médiatique, donc se nourrissant lui-même via les médias, eux-même surfant sur le « buzz » du produit en question pour augmenter leur propre « buzz »…vous me suivez ?
En fait, peu importe le contenu du bastringue à fourguer… au pire c’est le « storytelling » autour qui amusera la galerie, au mieux , c’est le contenu de la bande-annonce, pardon, du « teaser » (littéralement « dragueur ») ou  du « trailer » (« remorqueur ») qui vous fera dépenser votre découvert dans du jus de plan média merdique…et ainsi d’entendre régulièrement une fois passée la 20ème tornade « buzzienne » du mois  :

« Tout ça pour ça, ça valait bien la peine qu’ils nous beurrent la raie pendant tout ce temps… »*

Ah ben oui c’est sur, si vous aviez fondé votre intention sur le ressenti intime, sur  le vécu intérieur et sensoriel  de votre entourage (j’en refais trop) au lieu de succomber au battage médiatique de NRJ 12, vous vous seriez sentis moins trahis bande de couillons !!!  On amalgame, on tronque, on résume et on triche pour mieux racoler, on reconnaît bien là les ingrédients magiques de la propagande!  mais en version libérale !

C’est peut-être ça la traduction française exacte du « buzz » : en fait du bourdonnement d’une abeille, il s’agit plutôt de son venin toxique !

*Toute ressemblance avec « les Bronzés 3 » est purement fortuite (pas)

Publicités

Read Full Post »

Après nous avoir appris à décorer, nettoyer ou vendre nos maisons, comment cuisiner, comment élever nos enfants ( on notera au passage dans « super nanny » qu’il ont quand même pris soin de renommer Kalthoum Cathy, visiblement une arabe qui enseignait les bonnes manières à nos enfants était moins bankable) , le dernier joyau de M6 « Belle toute nue ».


En résumé pour ceux qui ont eu le bonheur de ne voir pas ça,  un styliste (la tentation simpliste serait de dire qu’il est gay, mais bon pas de délit de faciès, disons un homme très efféminé) coache Valérie une femme ronde, célibataire, qui craque de ne pas correspondre aux canons de beauté imposé entre autres par la chaine diffusant l’émission à laquelle elle participe (mais visiblement elle n’a que faire de ce paradoxe). Après une coupe de cheveux, un maquillage, elle gagne le droit de poser nue pour une photo projetée sur 10 mètres de haut sur un mur parisien. On demande ensuite aux passants ce qu’il en pensent. Comme à Gérard qui n’hésite pas à dire qu’elle est sexy, désirable… Tout ça sous le regard de sa femme. La classe quoi !.

Allez un petit coup de boost à la consommation !

Parce que la Valérie a compris que pour paraitre jolie et maintenir ce cap tant recherché, elle allait devoir dépenser beaucoup plus chez le coiffeur fashion hype parisien que chez sa coiffeuse habituelle, et peut-être faire un crédit à la consommation pour renouveller sa garde robe so has been. Idem pour la femme de Gérard.

Tu veux montrer ton corps puisque tu n’as pas d’ame, tu crois quand même pas jeune naïve que tout ce bourrage de crane des journaux féminins et des émissions télés sous couvert d’émancipation est gratuit. Tu veux être bonne alors PAYE.  Ça fait pas plaisir à entendre mais il ne faut pas se voiler la face.

En parlant de se voiler la face (merci de ne pas relever la lourdeur de la transition), Bizarre que l’on entende pas les féministes sur cet étalage de viande. Elles doivent sans doute être occupé à ramener dans le droit chemin les très mauvaises consommatrices que sont les femmes en burqa !

Petite reflexion pour finir : Repensons à nos grands-mères. Ces femmes qui se couvraient la tête, pas seulement pour aller à l’église et aux enterrements, mais aussi au marché ou autres activités sociales, ces femmes qui pensaient avant tout à leur famille, ces femmes discrètes et pudiques ressemblent-elles plus aux musulmanes d’aujourd’hui ou à cette femme qui expose son popotin au yeux de tous sur les murs de paris en espérant que cela l’a rendra sûr d’elle de sa vie de tous les jours? Ai-je besoin de répondre?

Read Full Post »