Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘chronique’

Booming System

Plus les mecs écoutent de la merde dans leur voiture, plus ils mettent leur poste fort. Je crois que c’est une espèce de compensation. Moins y’a de qualité musicale, plus y’a de décibels. Jamais entendu de Miles Davis ou du Al Green sortir d’une voiture, par contre de l’euro dance ou de la funk italienne, vas y fais toi plaisir. D’ailleurs c’est à se demander si ces cd ne sont pas vendu avec des bas de caisse et des pare soleils, je crois qu’il y a un lien direct entre le niveau de tuning d’une bagnole et la quantité d’euro dance ingurgitable. D’ailleurs les marchands de soupe ne s’y trompent pas, Ils ne mettent plus de pin-up en bikini fluo devant un cocotier sur leur pochette mais des Super 5 qui ressemblent à des avions de chasse. Si c’est pas de la niche de marché, ça ?

Aussi vrai qu’on ne kitte que les voitures bas de gamme, tu peux vérifier ça avec les apparats vestimentaires. Au plus le style est chargé, au plus ça sonne creux à l’intérieur. Pas évident de jouer sur la simplicité, on se sent rassuré avec pleins de gadgets. Pour déculpabiliser les nanas accros au shopping, toujours inventer une mode du genre « sexy chic ».

Pas besoin d’être un cul béni pour s’inquiéter du fait que l’esthétique en vogue chez les jeunettes est ni plus ni moins la hardeuse de films X. Le tatouage dans le creux des reins comme pour indiquer que c’est ici que ça se passe, piercing sur la langue façon « T’inquiète mon poulet, je sais m’y prendre… », wonderbra, le combo taille basse & string apparent, lentilles de couleur, faux ongles, Zyrco incrusté dans le nombril, boucle de nez, maquillage permanent…

On veut se démarquer de façon acharnée en oubliant que l’envie d’être différend rend les gens banals. Où y’a du collagène, y’a pas de plaisir.

Publicités

Read Full Post »

Quand les icônes du rap français palissent.

Au plus cette musique cesse d’être la musique des opprimés pour devenir la musique alliée du capitalisme, au plus ces icônes sont blanches.

Dés l’instant que l’on a constaté que les clips de rap se réduisent en simple réclames (voir blingbling donc acheter bling bling), on comprend pourquoi le rap est devenu la musique la plus prompte aux compromissions. Diams, Sinik et Vitaa caracolent en tête des hits parade. C’est de la simple segmentation de marché. Soit la chanson de Vitaa dévolue aux fillettes de 6 à 12 ans, le rap de Diams aux lolitas de 12 à 16 ans et le rap de Sinik pour les jeunes mecs. Bon quadrillage tactique. Levez les mains en l’air, écoutez, vous êtes cernés.

Et comme prime au meilleur employée du mois (en l’occurrence Diams), une place de directeur artistique de Motown France. Pour ceux qui connaissent mal, Motown est avec Stax l’un des labels mythiques qui ont signé une bonne partie des artistes qui ont « fait » la Soul.

Etre directeur artistique de Motown France, c’est comme être président de l’amicale des mangeurs de roquefort à Harlem. Y’a un problème de représentativité et de champ d’action.

Karim, Youssouf & Fatou se sont fait braqués la poule au disque d’or par Mélanie, Charlotte et Thomas. La musique black en France dirigée par les « pions » blancs de Pascal Nègre. No comment ! . Si on nous baise ? Affirmatif.

Read Full Post »